« On ne naît pas maman, on le devient », mon regard sur les débuts de la maternité – En collaboration avec Histoire d’Or

Maman Marine avec Histoire d'Or

« Histoire d’or célèbre chaque histoire en bijoux »

Je profite de cette jolie collaboration avec Histoire d’Or pour reprendre la plume. Comme certaines le savent, pour mon nouveau projet, c’est surtout votre plume que je lis depuis quelques temps, et j’avais mis la mienne de côté !
C’est bientôt la Fête des Mères, je profite de ce billet pour vous parler de l’évolution de mon nouveau rôle de mère et de ma relation avec Charles.

Vous vous souvenez peut-être de « l’Ouragan Charles » dans un de mes articles (vous savez, quand l’arrivée de votre bébé vient changer et déstabiliser tellement de choses dans votre quotidien) ! Et bien sachez qu’avec le temps (ah ce fichu temps, il est souvent la clef pour beaucoup de choses !), nous avons enfin trouvé notre rythme à trois et je peux dire aujourd’hui que j’ai trouvé ma « place » dans cette nouvelle vie. Je parle de « place » car être mère provoque tellement de remaniements psychiques, qu’il m’a fallu quelques mois pour m’habituer et prendre conscience que je devenais maman. 
Pour ma part, je n’ai pas été foudroyée par le sentiment d’être mère aux premiers cris de Charles. Cela a pris du temps, j’ai eu besoin que la relation s’installe et que notre complicité grandisse. Je crois sincèrement que le petit dicton « on ne naît pas mère, on le devient » résume à la perfection mon ressenti. J’ai eu besoin de me poser des questions, de tâtonner, de faire des erreurs, de me remettre en question, d’apprécier les doux moments, de m’écouter un peu, de sortir des sentiers battus, de trouver mon équilibre et de m’affranchir des milles et un conseils que l’on reçoit pour faire comme je pensais être le meilleur. J’ai investi notre relation petit à petit afin de ne pas faire un virage à 180° avec la Marine que j’étais auparavant. J’ai veillé à ne pas totalement m’oublier ou me perdre dans ce nouveau rôle mais aussi à évoluer et à changer certaines choses en m’adaptant à ma nouvelle vie. Finalement, je crois que le rapport mère-enfant est le reflet du rapport de soi à soi-même,  il est important de se préserver et de s’écouter afin se sentir au mieux pour endosser la responsabilité d’être parent.
Je garde Charles toute seule toute la journée, je suis donc 95% de mon temps avec lui, et il pourrait être facile de ne vivre qu’à travers cette relation. Je suis très heureuse de cette situation car elle est en partie choisie, mais je dois vous avouer que par moment, j’aimerais ressentir le manque, être pressée de le retrouver, et courir le chercher à la crèche ou chez la nounou le soir. Mais je ne me plains pas car je sais que c’est aussi une chance de le voir grandir au quotidien, d’être spectatrice de toutes les nouvelles étapes qu’il franchit et Charles est un petit garçon facile à vivre, ce qui aide. Il mange bien, il dort bien, il sourit tout le temps, il pleure rarement, il est très sociable, le seul petit hic c’est qu’il fait des siestes très courtes, ce qui me laisse peu de répit en journée.
Pour rien au monde je n’échangerais le bonheur que j’ai de l’observer explorer, de le voir goûter à la nourriture, se réjouir de manger son petit crouton de pain au goûter, de l’entendre babiller, de le voir toucher toutes les textures avec ses gestes qui deviennent de plus en plus précis, découvrir qu’il peut nous suivre de partout à quatre pattes, le voir surexcité quand il voit son papa rentrer du travail ! Les échanges renforcent notre relation tous les jours un peu plus : il s’intéresse aux comptines, à nos paroles, à nos expressions de visage et il éclate de rire quand on fait les pitres. Je dois avouer que je fais partie de celles qui adorent voir leur enfant grandir, je n’ai pas (encore) de nostalgie en repensant aux débuts.
Je suppose aussi qu’avec le temps, un rythme s’installe, nous avons nos petites habitudes et nos rituels, Charles dort bien la nuit, le soir nous le couchons à 20h, nous retrouvons nos soirées en amoureux, au calme. Quand nous sortons avec lui, c’est simple, il s’adapte très vite et il est sage et très charmeur avec les autres. Les choses se font dans la détente, du coup j’ai l’impression de souffler un peu, de ressentir moins de pression, d’être plus apaisée. D’ailleurs, je ne cesse de me répéter que pour le deuxième bébé, je saurai comment sont les débuts avec un nourrisson, c’est une phase, un cap à passer, à priori les difficultés ne durent pas, j’appréhenderai les choses différemment, et je pense que j’en profiterai beaucoup plus.

Être maman c’est aussi avoir moins de temps pour soi, prendre conscience que l’organisation est primordiale si on veut espérer se libérer quelques heures dans la journée, et c’est très souvent viser l’efficacité avant tout. Avoir moins de temps pour moi ne signifie pas que je mets la croix sur ma féminité, au contraire. Je crois que j’ai toujours essayer de garder une part de féminité, mais je m’adapte aussi à mon nouveau mode de vie. Mes priorités ne sont plus les mêmes, j’ai besoin d’être coquette mais de plus de simplicité aussi. Mon rôle de mère m’a faite changer sur ce point : je privilégie les pièces intemporelles plutôt que les dernières tendances. Cela passe par la mode mais aussi par les bijoux. En dehors de mes bagues, s’il y a bien un bijou que je porte tous les jours, ce sont des boucles d’oreilles. Elles illuminent et habillent le visage, je les trouve indispensables pour donner bonne mise !

 

Maman Marine HIstoire d'Or


Quand on m’a proposé de participer avec cette jolie collaboration avec Histoire d’Or pour la Fête des Mères, je n’ai pas hésité à choisir des petites boucles d’oreilles, discrètes et intemporelles et qui sont pratiques avec un petit garçon comme Charles qui attrape tout quand je lui fais un câlin. Les différentes collections de bijoux d’Histoire d’Or sont parfaites pour faire un cadeau pour la Fête des Mères, vous trouverez forcément le cadeau idéal, celui qui vous ressemble, celui qui vient célébrer votre histoire unique en tant que maman ou avec votre maman.

Je vous glisse le lien du site : www.histoiredor.com et vous trouverez 350 magasins en France. Et n’oubliez pas, il y a un concours sous ma photo pour vous faire gagner un bijou de votre choix d’une valeur de 50€  !

 

2 réflexions sur “« On ne naît pas maman, on le devient », mon regard sur les débuts de la maternité – En collaboration avec Histoire d’Or

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.